Ce n’est pas l’île la plus connue de la Baie de Quiberon, peut-être même la grande oubliée, le petit caneton qui a du mal à rattraper sa grande sœur Houat et sa mère Belle-Ile. Et pourtant. A 1h10 en bateau de Quiberon, Hoëdic se découvre uniquement à pied (pas de trottoirs sur l’île), l’opportunité de ne faire qu’un avec les iliens dont on a le sentiment de partager le quotidien et un (grand) bout de jardin. Longez ses falaises granitiques, observez ses drôles de rochers, séjournez dans son fort et enivrez-vous de sa douce tranquillité : Hoëdic se savoure miettes après miettes comme un gâteau qu’on aimerait partager de façon illimitée.

Ici, pas de voitures ni de distributeurs de billets, encore moins de magasins aux vitrines clinquantes. Pour une expérience simple et minimaliste, c’est là qu’il faut vous rendre. Car sur les terres d’Hoëdic, vous apprendrez à vivre au rythme des iliens, hors de la cohue du continent, en vous adaptant aux horaires d’ouverture des commodités sur place. Au centre du bourg, près de l’église, vous y trouverez un café avec terrasse vue sur le port (Le Café du Nord), l’unique supérette de l’île (Les Halles Germain Pilon), la boulangerie-bureau de tabac (Le Fourn’île) ainsi qu’un cabinet de médecins. Vous trouverez également juste derrière un bureau de poste et une bibliothèque communale. Ni plus, ni moins. La vie dans son plus simple appareil. Pour le bonheur des oreilles et du porte-monnaie, et aussi de la tranquillité de l’âme, qui peut s’y remplir et s’y épanouir sans encombre.

Où manger ?

Vous trouverez une poignée de cafés-restaurants sur l’île. Nous avons de notre côté été happé par un arbre géant qui trônait au milieu d’un restaurant où locaux et touristes prenaient l’apéritif. Au Café du repos, dans la rue de la mairie, l’accueil n’est pas des plus chaleureux mais les plats, simples et copieux de type bistrot et la décoration tendance américaine (plaques d’immatriculation, tôles de voiture) vous offrent une belle échappée. Au menu : croque-monsieur, frites, burgers, moules, andouillettes etc.

En face du Café du repos, le restaurant Chez Jean-Paul, recommandé par le Guide du Routard 2019.

Où dormir ?

Nous vous recommandons chaudement le camping municipal de l’île, à la sortie du port et à 100 mètres du cœur du bourg. Il y a un grand choix d’emplacements, avec quelques arbres pour vous protéger du vent et une vue sur l’océan d’un côté et sur le fort de l’autre. Côté hygiène, vous trouverez des sanitaires situées juste en face des emplacements. Lavabos, toilettes et douches propres (2€ par douche). Pour jeter vos ordures, de grandes poubelles et un bac spécial pour les bouteilles de gaz sont positionnées à la sortie du camping. Si l’envie vous prend de pique-niquer, plusieurs tables de camping ont été installées sous de grands arbres.

Si vous recherchez le calme, préférez le camping hors saison (septembre-octobre pour profitez des derniers rayons de soleil). L’été, le camping est un endroit de fête vite bondé. Adieu la tranquillité !

L’avis des bretons-voyageurs

En arrivant sur Hoëdic, on se sent tel Christophe Colomb découvrant une nouvelle île. Hors période d’affluence, on y est seuls où que l’on aille. Et on apprend à vivre au gré de l’île, à un autre rythme que celui auquel nous sommes habitués.

Les +

  • Moins de 100 habitants à l’année
  • L’île est jonchée de barrières pour protéger ses dunes et préserver son environnement
  • La possibilité de passer la nuit dans son fort, lieu d’accueil, d’informations et de halte reposante

A savoir

  • Vous ne trouverez pas de distributeurs de billets sur l’île mais la plupart des commerçants acceptent la carte bleue. Prévoyez néanmoins de l’argent liquide avant votre venue.
  • S’il vous manque quelques affaires, vous trouverez le nécessaire à la supérette (bouteilles de gaz, pull…).

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *